Quelques conseils de lecture...

Aide-mémoire: Reponsabilité et protection de l'enfance

Responsabilité et protection de l'enfance

 

aidememoiremini

Pratiques et évolutions de la justice des mineurs

Pratiques et évolutions de la justice des mineurs

Aperçus de clinique judiciaire

 Alain Bruel image livre

Alain BRUEL

©2015 Trames - collection dirigée par Bernadette Allain-Launay (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) et Serge Vallon
18.00 €

 

Nouveautés éditeurs BnF

Préface de Roland Gori :

Soixante-dix ans après l’ordonnance du 2 février 1945, Alain Bruel repense les évolutions et les pratiques de la justice des mineurs. En effet, depuis une vingtaine d’années, une politique conservatrice et autoritaire gomme la spécificité de la juridiction spécialisée des mineurs, éloigne le judiciaire de l’éducatif et procède à une administration normative de masse de la délinquance juvénile. En cette période de remise en chantier du texte fondateur, il s’interroge sur les éléments qui, outre la conformité à la loi et à la procédure, influent sur la décision judiciaire.
À partir de son expérience professionnelle de juge des enfants, Alain Bruel nous propose un véritable manifeste pour améliorer la qualité du fonctionnement de la juridiction des mineurs. Face au discours gestionnaire actuel qui tend à transformer le travail du juge en production à la chaîne d’actes standardisés, il prône un autre langage – qu’il qualifie de clinique –, celui du professionnel chargé de représenter la Société, mesurant quotidiennement dans son cabinet le fossé qui sépare les difficultés des gens et les stratégies politiques censées y répondre.

Avec cet ouvrage, il invite le lecteur à pénétrer l’univers des tribunaux pour enfants et à mesurer les convictions, les interrogations, les doutes et les espoirs de ceux qui y travaillent pour mieux comprendre le débat de société sur la réforme annoncée de l’ordonnance de 1945.

Mise en vente le 15 mai 2015.

Vient de paraître chez L'Harmattan : "Education familiale et fosterage"

ÉDUCATION FAMILIALE ET FOSTERAGE

Monique Kamga Préface de Gilles Monceau Savoir et formation - Approches géographiques ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION EDUCATION IMMIGRATION, INTERCULTUREL AFRIQUE NOIRE EUROPE Cameroun France
Le fosterage, variante de l'expression anthropologique « circulation des enfants », décrit des situations familiales temporaires ou définitives dans lesquelles l'enfant grandit en dehors de sa famille biologique sans rupture de liens avec celle-ci ni changement d'identité. Cette étude sur le fosterage d'enfants bamilékés en France invite chercheurs et professionnels à considérer la diversité des pratiques d'éducation familiale effectivement présentes au sein de la population en France.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=44750

 

Souffrances psychiques et troubles du développement chez l'enfant et l'adolescent

Présentation du guide de repérage :

 

Ce guide de « repérage précoce des signes de souffrance psychique et des troubles du développement chez l’enfant et l’adolescent » a été réalisé par le Collège national de pédopsychiatrie de la Fédération française de psychiatrie (FFP–CNPP) à la demande de la Direction générale de la santé (DGS). Il s’inscrit dans les suites du référentiel d’observation à l’usage des médecins pour un repérage précoce (Souffrances psychiques et troubles du développement chez l’enfant et l’adolescent), publié en 2006, et dans le cadre du programme national d’actions contre le suicide (2011-2014).

Ce document a été élaboré en coordination étroite avec la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère de l’Éducation nationale, la Direction générale de l’enseignement et de la recherche du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et la Direction générale de la santé (DGS). La DGS en a subventionné la réalisation.

Ce guide est destiné aux infirmiers et assistants de service social de l’Éducation nationale qui constituent, avec les médecins de l’Éducation nationale, les personnels référents en matière de

santé psychique dans le cadre scolaire, en lien avec les psychologues scolaires et les conseillers d’orientation psychologues.

Il est mis à la disposition de ces professionnels susceptibles d’être interpellés par des enfants, adolescents, parents et personnels enseignants et d’éducation, ayant repéré un mal être potentiel chez un public scolarisé en école élémentaire, collège ou lycée. Les personnels concernés dans les établissements relevant du ministère de l’Agriculture en sont également destinataires.

En effet, tous les personnels de la communauté éducative doivent être attentifs aux signes du mal être des enfants et des adolescents et peuvent être amenés à solliciter de l’aide et informer les personnes référentes. Il s’agit donc que soit repéré, au sein des structures scolaires, un réseau de personnes ressources qui sera un appui pour tous les membres de la communauté éducative.

Les personnels sociaux et de santé sont à l’interface entre l’école d’une part, l’enfant ou l’adolescent et ses parents d’autre part, et, éventuellement, avec l’accord de ces derniers, les structures de santé extérieures à l’institution scolaire (médecin traitant, centres médicopsychologiques, centres médico-psychopédagogiques, pédopsychiatres libéraux, maisons

des adolescents, psychologues…).

Il s’agit par cette action de renforcer leur rôle de liaison et de médiation, de permettre, dans un but préventif et thérapeutique, un repérage précoce des signes de souffrance psychique et de faciliter l’accès aux soins spécialisés. Ces professionnels, destinés à travailler ensemble - toute approche d’un enfant ou d’un adolescent qui « ne va pas bien », ne peut se faire seul - chacun avec ses compétences et spécificités particulières, pourront avec le partage de leurs questionnements et réflexions trouver la bonne distance autant avec

l’enfant et l’adolescent qu’avec leur famille.

Il conviendra donc que chacun agisse dans le domaine qui lui est propre ; si l’assistant de service social est à même d’apprécier le contexte socioéconomique, relationnel et familial, le médecin et l’infirmière restent les seuls habilités à rechercher les informations et antécédents de nature médicale. Il faut rappeler que l’accord des parents est indispensable pour communiquer entre médecins au sujet d’un enfant.

La stigmatisation est un déterminant de santé mentale reconnu. Il faudra donc se garder d’utiliser tout terme ou dénomination pour désigner et, par là même, réduire la personne à un

trouble.

Ce guide est utilisable sans formation spécialisée préalable. Ce n’est pas un précis de pathologie ni de psychopathologie. Son but n’est pas de conduire à un diagnostic mais

de sensibiliser chacun à une attention particulière devant ce qui fait manifestation du mal être dans le cadre scolaire.

Il s’agit d’accéder à un essai de compréhension, en évitant le simplisme des causalités ou des réponses univoques. Il s’agit donc de se garder de voir dans toute difficulté ou originalité du vivre, avec ou sans mal-être apparent, une pathologie ou handicap à identifier, normaliser ou compenser.

 

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Guide_Souffrance_psy_Enfant_ado_2014.pdf

 

 

 

.

Jeunes en grande difficulté : prise en charge concertée des troubles psychiques

Objectifs

Cet ouvrage est le fruit d’une concertation engagée dès 1999 entre les ministères chargés de la Justice et de la Santé et des Affaires sociales.

Mineurs protégés ou sous main de justice, victimes ou auteurs d’agressions ou de violences, mineurs relevant de structures médico-sociales ou jeunes en rupture, les problématiques se recoupent quel que soit, en réalité le lieu de prise en charge. Face aux trajectoires d’échecs de certains mineurs, dits « incasables » potentiellement porteurs de troubles psychiques, comment dépasser les difficultés rencontrées par les professionnels des différents champs et favoriser le rapprochement et l’articulation, entre institutions sanitaires, médico-sociales, éducatives et judiciaires ?

Cet effort de concertation a connu un premier temps fort, par l’organisation en mai 2000, d’un séminaire Santé/Justice rassemblant plus de 400 professionnels amenés à s’exprimer sur la prise en charge des mineurs en grande difficulté.

La circulaire interministérielle du 3 mai 2002 relative à la prise en charge concertée des troubles psychiques des enfants et adolescents en grande difficulté a défini les orientations tenant en compte la nécessité, reconnue par tous les professionnels, d’une élaboration pluridisciplinaire et partenariale, des réponses aux besoins d’éducation et de santé mentale de ces mineurs.

Repérer, comprendre et soigner la part de troubles et souffrances psychiques à l’oeuvre dans l’expression de comportements souvent socialement indésirables, tout en soutenant la qualité de la relation et de l’action éducative engagée par de nombreux professionnels auprès de ces jeunes, constitue l’un des enjeux forts d’une politique de santé publique et de protection de l’enfance et de la jeunesse.

La mission confiée au professeur Philippe JEAMMET et à Monsieur Michel PERDIGUES, par les directions concernées des deux ministères, était l’apport d’éléments de guidance aux institutions et aux professionnels en charge des aspects éducatifs, sociaux, sanitaires et judiciaires auprès de ces jeunes, pour accompagner le travail d’articulation et de confrontation des cultures.

À présent il est souhaité que les pistes de réflexion esquissées dans ce document, au travers d’exposés théoriques de différents champs disciplinaires et d’initiatives de terrain puissent trouver un prolongement dans des débats locaux et favoriser la capacité des institutions à travailler ensemble.

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapp_mineurs.pdf

 

rss cotxet

  • dernière mise à jour : vendredi 18 août 2017 à 12:39:55