Communiqué de presse - janvier 2013

Le SAPPEJ (Service d’Activités Psychopédagogiques et éducatives de Jour), situé 75 rue de Clichy, dans le 9e arrondissement, sera officiellement inauguré le 21 janvier 2013. Expérimental sur 5 ans, le service a démarré son activité en novembre 2010. A l’origine, le projet est venu répondre à une demande du département de Paris et de l’Education Nationale. Il s’est inscrit dans le schéma conjoint de protection de l’enfance en mobilisant un partenariat entre le Rectorat de Paris, l’Aide Sociale à l’Enfance, le Groupe de Santé Perray-Vaucluse et l’Association Jean Cotxet, maître d’œuvre du projet. Une convention a été signée entre les quatre institutions.

Le SAPPEJ est un dispositif qui propose de répondre aux manifestations du mal-être et de la souffrance psychique, qui s’expriment quand la scolarité fait symptôme avec des exclusions répétées ou un absentéisme prolongé. Il s'adresse à des Parisiens, garçons et filles, âgés de 11 à 16 ans et donc soumis à l’obligation scolaire. L’effectif est de 24 jeunes accueillis en journée, le service restant partiellement ouvert pendant  les vacances scolaires.

L’orientation vers le service est proposée par l’Equipe Relais du Rectorat de Paris après avis de l’Aide Sociale à l’Enfance, signataire de la prise en charge avec les parents et le SAPPEJ. Dans certains cas, cette admission peut être décidée par le juge des enfants au titre d’une mesure de milieu ouvert. D’une durée de 6 mois, renouvelable une fois, la prise en charge a pour objectif de permettre à ces jeunes de réamorcer les apprentissages et de leur redonner l’envie d’apprendre,  ce qui suppose un apaisement des relations avec les adultes et  l’institution scolaire, et aussi une reprise de confiance en soi et en ses capacités. L’emploi du temps individualisé est réparti entre les temps individuels et les temps collectifs, avec des ateliers à médiation créative liés aux enseignements.

La mission du SAPPEJ est aussi de travailler avec les familles à restaurer le rôle actif qu’elles peuvent avoir pour faire respecter les cadres institutionnels et sociaux.

Jusqu'à ce jour, 57 jeunes ont été accueillis. Leur  devenir sur le plan de la réinsertion scolaire et sociale sera évalué sur le moyen terme.

  • dernière mise à jour : vendredi 15 décembre 2017 à 12:28:30