A PROPOS DES ADOLESCENTS DIFFICILES

 

 

 

Gérard Bourcier (Pédo-psychiatre à la Maison du Sacré Cœur, Psychiatre des Hôpitaux honoraire) ,

Alain Griffond (Directeur pédagogique de l’Association Jean Cotxet)

 

 

 

                L’association Jean Cotxet œuvre dans le champ de la protection sociale depuis plus de cinquante ans. Dans le cadre de l’Ile de France elle a créé de très nombreuses institutions  qui accueillent des enfants ou des adolescents confiés par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance. Ceux qui sont «placés»  en MECS en raison de carences ou de difficultés socio-familiales importantes  présentent très souvent des signes de  souffrance psychique, mais ils ne sont pas nécessairement bruyants - il s’agit souvent de manifestations dépressives à expression larvée, somatique  et cognitive notamment - mais pour certains d’entre eux la violence est au premier plan,  et elle engendre fréquemment surtout au moment de l’adolescence des interactions heurtées entre les institutions et ces adolescents à expression antisociale prévalente qui aboutissent souvent à l’inscription de ces derniers dans la catégorie des adolescents difficiles ou dans un statut d’incasables ayant ruiné toutes leurs chances d’admission après avoir épuisé un nombre parfois impressionnant d’institutions aux quatre coins de la France.

 

                Comme d’autres associations Jean Cotxet a tenté de répondre par des propositions institutionnelles  un peu différentes ou plus adaptées à des situations complexes qui nécessitent que la dimension de souffrance psychique soit en quelque sorte regardée en face et prise en compte dans l’intimité du processus éducatif: c’est le cas notamment de la Villa Préaut à Villiers sur Marne qui depuis 1982 accueille dans le cadre d’un foyer des adolescentes âgées de 15 à 20 ans, de l’Espace Cortot - unité d’accueil et d’hébergement créée en 2011 au sein d’une Maison à caractère social( Maison du Sacré Cœur, Paris 18ème ) pour un petit nombre d’adolescents âgés  de 14 à 18 ans, et également du SAPPEJ ( Service d’activités psychopédagogiques et éducatives de jour ) ouvert en 2011( rue de Clichy, Paris 9ème) pour accueillir des collégiens déscolarisés dans le cadre d’une institution «plurielle», créée conjointement par l’Education nationale( Rectorat de Paris), le 9ème secteur de pédo-psychiatrie de Paris (C.H. Perray-Vaucluse) et l’association Jean Cotxet . La création de ces deux dernières institutions a été étroitement liée à la volonté du département de Paris de répondre à des problématiques adolescentes complexes par la création de micro-structures bâties sur des assises partenariales fortes.

 

   Ces expériences  ont bien entendu largement contribué aux réflexions et aux interrogations qui vont suivre.

 

 

  • dernière mise à jour : mercredi 21 juin 2017 à 12:26:41